Les entreprises du pôle contribuent à faire de la Wallonie une "Smart Region"

Devenir une Smart Region est un objectif pour de nombreux territoires dont la Wallonie. Le lancement d’un appel sur ce thème par le Gouvernement Wallon est l’occasion de montrer que certaines entreprises du pôle développent des solutions qui contribuent à cet objectif. Deux exemples parmi d’autres illustrent cette dynamique…

Premier exemple : la société Icoms Detections (www.icomsdetections.com) située à Louvain-la-Neuve ; cette entreprise lance un projet pour développer un capteur de comptage de cyclistes de haute précision, mobile et ne requérant pas de génie civil sur les pistes cyclables. Ce produit a été mis à l’essai aux Pays-Bas, pays des cyclistes par excellence, en partenariat avec une société proposant une plate-forme d’analyse pour offrir un service Smart City complet. L’idée est de rendre la ville accessible et sûre pour tous les usagers de la route tout en diminuant l’impact des véhicules polluants. Les villes et communes ont perçu l’intérêt de la mobilité cyclable et s’attachent à promouvoir l’usage du vélo dans les déplacements quotidiens, notamment en mettant en place un réseau de pistes cyclables sûres et bien entretenues. Les gestionnaires de voirie doivent se baser sur des mesures de fréquentation des aménagements fiables et précises, afin de prendre des décisions pertinentes en matière de politique cyclable et ainsi promouvoir ce mode de déplacement.

Pour les aider dans cette tâche, Icoms Detections innove avec la solution non-intrusive et mobile la plus performante du marché. Un capteur de haute-fidélité remonte les données cyclistes en temps réel vers une plateforme d’analyse de données. Ceci permet également de partager les informations relatives aux pistes cyclables avec les citoyens et ainsi promouvoir l’utilisation du vélo. Posé sur un mât, le capteur, nommé TMA-3B3, offre une précision de comptage optimale sur piste cyclable.  Il est en effet capable de dénombrer les cyclistes composant un groupe.  Les tests comparatifs ont été menés à Rotterdam par rapport à un comptage manuel où ils ont montré une précision de 98 % en heure de pointe.  Ce taux est proche de 100 % en heures creuses. Non intrusif, autonome et mobile, ce capteur peut être alimenté par énergie solaire et offre des performances constantes jour et nuit. Son installation est simple, rapide et sûre, puisqu’elle ne nécessite aucuns travaux de génie civil.

Autre exemple, la société Level IT (www.level-it.be) située à Liège ; elle développe depuis plusieurs années déjà le projet de la Bourse aux dons (www.bourseauxdons.be). Ce projet part du constat que, d’une part, plus de 350.000 personnes recourent à l’aide alimentaire en Belgique. D’ailleurs, de nombreux CPAS, organisations d’aide alimentaire, épiceries sociales, restaurants sociaux œuvrent dans ce domaine. D’autre part, on retrouve de nombreux produits alimentaires invendus au sein des différents maillons de la chaine agro-alimentaire. Le gaspillage alimentaire est donc conséquent !

Afin d’y apporter une réponse, la Bourse aux dons propose une plateforme informatique de gestion qui permet la planification, l’organisation de la collecte et de la distribution des denrées alimentaires toujours consommables mais plus commercialisables, tout en simplifiant les démarches administratives. Cela en fait une solution unique et nationale pour répondre aux besoins des secteurs en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire. Ce projet inclut en outre des partenaires régionaux pour la promotion et le support auprès de l’ensemble des réseaux d’organisations d’aide alimentaire en Belgique.

Depuis son lancement en janvier 2015, la Bourse aux dons aligne des chiffres impressionnants : 400 associations y sont inscrites, 42 points de vente y participent, 735 tonnes de dons alimentaires ont été effectués ce qui représente 38.725 produits différents donnés et l’équivalent de 1.730.371 repas.

Avez-vous avez un projet qui contribue à faire de la Wallonie une « Smart Region » ?

Si votre réponse à cette question est positive, le Ministre du Numérique et la Ministre des Pouvoirs locaux du Gouvernement wallon lancent un appel à projets « Territoire intelligent » dans le cadre de Digital Wallonia. Bénéficiant d’une enveloppe de 4 millions d’euros, il a pour vocation d’encourager les villes et communes wallonnes à développer des projets numériques, en matière d’énergie, d’environnement, de mobilité ou encore de gouvernance.

Pour cet appel, les villes et communes wallonnes (seules ou à plusieurs, ainsi que les intercommunales de développement économique) sont encouragées à développer des projets numériques s’inscrivant dans l’un des trois domaines suivants :

  • L’énergie et l’environnement
  • La mobilité et la logistique
  • La gouvernance et la citoyenneté


Concrètement, la Région wallonne interviendra dans le financement des projets à hauteur de 50% avec une intervention minimale de 20.000 € (le maximum étant fixé à 250.000 €). Afin de garantir la transformation numérique, les projets devront être valorisés à hauteur d’au moins 25.000 €. L’enveloppe de 4 millions sera également divisée en deux enveloppes distinctes : une pour les projets de moins de 60.000 € et une seconde pour les autres. Cela offrira l’opportunité à toutes les communes, qu’elles soient petites ou grandes, de développer leurs idées.

Pour soumettre un projet, visitez la page suivante, qui contient toutes les explications sur l'appel à projets et comment soumettre un projet  : www.digitalwallonia.be/soumission-territoire-intelligent

Le formulaire de soumission, ouvert à toutes les villes et communes wallonnes ainsi qu'aux intercommunales de développement économique, est disponible en ligne sur la plateforme DigitalWallonia : www.digitalwallonia.be/fr/publications/soumission-territoire-intelligent

L’appel à projets se clôturera le 31 mars prochain. L’annonce des résultats est quant à elle prévue à la mi-mai.

Partager sur: 
Voir toutes les news